Pêcheurs au clair de lune

POÈME DE LOULOU MANDÈRE.

Pêcheurs au clair de lune 

Ils étaient tous pêcheurs, pêcheurs au clair de lune

Qui, dès le jour enfui, par les beaux soirs d’été

D’un pas silencieux, fondus dans la nuit brune

Peut-être par passion ou par nécessité

S’en allaient braconner par moyens de fortune

La carpe et le barbeau ou l’aubour argenté

 

Leur attirail était de conception simplette

Car point besoin n’avaient de canne ou moulinet.

La lampe à une main, à l’autre la fourchette*

Qu’ils savaient manier avec dextérité,

Ils avaient vite fait de remplir la musette

De poissons frétillants habilement pêchés.

 

Ils n’étaient point conscients, ainsi était l’usage,

Qu’ils pussent un instant être des hors-la-loi.

Pêcher canne à la main eut été bien plus sage

Mais il est bien connu que tradition fait loi

Et c’est depuis toujours que chez nous braconnage

Est le legs des anciens du bon temps d’autrefois.

                                                                                                                                                                                                                                   

* sorte de petit harpon à trois ou quatre pointes

Loulou (?) à la pêche
Loulou (?) à la pêche
Publicités