Enfant de Choeur Retraité (4ème Partie – Le Mois de Marie)

TEXTE DE JEAN HOUNIEU.   

En mai les trois enfants de chœur étaient mobilisés tous les soirs pour le  « mois de Marie ». A la tombée de la nuit une sonnerie de cloches annonçait dans le quart d’heure qui suivait le commencement de la cérémonie. A l’autel de la Vierge qui est celui de droite dans l’église, se réunissait pas mal de monde du village: tous les enfants, toutes les jeunes filles, quelques femmes (mais pas d’homme) pour réciter 5 dizaines d’Ave Maria, chanter 2 cantiques et recevoir une bénédiction.

L’enfant de chœur de semaine devait allumer les cierges, allumer le charbon de l’encensoir et poser sur l’autel le seau d’eau bénite. Pour agrémenter la cérémonie il y avait l’intermède des hannetons!!! A cette heure crépusculaire, les hannetons invisibles jusque là sortaient de leur refuge diurne: arbres? haies? trous dans le sol? Il y en avait des quantités  et c’était un jeu d’enfant de les cueillir sur les haies ou les branches basses des arbustes.

Le but de la capture était de les amener au « mois de Marie » dans l’église. Mais un hanneton évoluant parmi les cierges allumés ne donne qu’un spectacle banal et on aurait pu croire qu’il était rentré de son plein gré. Pour que personne ne s’y méprenne, il fallait le personnaliser et pour cela rien de plus simple que de lui attacher un fil à la patte: un fil blanc ou en couleur, plus visible qu’un fil noir dans la pénombre et d’une certaine longueur (50 centimètres étant la dimension  idéale).

Pas facile de dégager une patte de hanneton, il en a beaucoup! Pas facile de nouer le fil… l’amputation se risque à tout moment. Heureusement qu’il reste des pattes de rechange!!! Impossible de mettre le hanneton ainsi harnaché dans une boîte d’allumettes vide car il gigote trop. Le plus simple est de le tenir prisonnier dans la main fermée et dans l’église de le lancer en l’air car avec son fil il ne peut pas décoller. Le Curé faisait celui qui ne voyait rien et devant le peu d’intérêt qu’il portait à la chose, les bonnes volontés se trouvaient découragées et le mois de Marie se terminait souvent sans le lâcher quotidien de hanneton.

Jeantot, que je retrouvais presque tous les jours en gardant les vaches, un après midi de mai m’avait demandé si les hannetons allaient toujours au mois de Marie? Je croyais jusque là que notre génération avait inventé ce jeu; je fus très déçu de savoir qu’il l’avait pratiqué bien avant nous!!!

Publicités