Il était une fois Siros, il était une fois le Gave.

TEXTE DE LOULOU MANDÈRE.

On n’évoque pas l’un sans l’autre car ils sont indissociablement unis par une longue histoire. Une histoire d’amour venue, sans doute, de la nuit des temps, du fond des âges et avec la Saligue pour complice.

Loulou Gave

Une histoire d’amour faite de tendresse et de sensualité lorsque revient le joli mois de mai. Une histoire d’amour faite aussi de révoltes et de terribles colères à la manière de la dramaturgie des grandes comédies antiques.

Combien de Sirosiens, flânant sur les grèves rafraichissantes, aux plus beaux jours de l’été et sous le charme de l’envoûtante symphonie du murmure de l’onde fuyante n’ont-ils pas laissé vagabonder leur esprit au fil de l’eau, au fil du rêve et combien d’amoureux n’ont-ils pas échangé de doux baisers et de doux serments hélas trop souvent et trop vite emportés vers l’immense océan lointain grand dévoreur d’illusions.

Tout un art de vivre, mieux, une culture, unissaient Siros et le Gave.

Quel est le vieux Sirosien qui, par une douce nuit d’été, alors que la lune coquine reflétait son image dans les eaux, ne fut tenté par le braconnage, qu’il fût à la fourchette avec une lampe à acétylène ou à la nasse que nous appelions « bartòu »? Il existait aussi la pêche, tout aussi interdite, au « Rapatout » pour ramener des « pesquits » dont on faisait la traditionnelle omelette pascale.

Si la culture est ce qu’ont en commun les hommes qui forment un peuple, alors, chez nous, le braconnage, c’était du culturel et nous le revendiquions très fort. Un art de vivre élevé au rang d’institution!

« Lous Pesquitous » était le sobriquet des gens de Siros.

Est-ce parce que nous aimions particulièrement ce plat traditionnel de « pesquits » ou bien parce qu’à l’instar de ces petits poissons nous étions souvent dans l’eau?

Nul ne le saura jamais et, de toute manière, cela n’a aucune importance.

Nous pensons simplement que depuis qu’il y a des hommes à Siros et des poissons dans le Gave, notre histoire est intimement liée.

Publicités